Braque de Weimar

elevage_domaine_terres_des_forges_braque_weimar

Caractéristiques générales du Braque de Weimar

Une seule race, deux variétés :

  • une à poil court
  • l'autre à poil long

Chien d'arrêt de taille moyenne à grande : Mâle de 59 à 70 cm ; Femelle de 57 à 65 cm avec une tolérance de 2 cm en plus ou en moins si le sujet est parfait par ailleurs. Le sujet idéal sera celui de taille moyenne. Mâle 66 cm pour 30 à 38 Kg. Femelle 62 cm pour 25 à 35 Kg.
L'aspect général du Braque de Weimar est celui d'un chien approprié pour le travail, il doit avoir une musculature puissante. Une noblesse incontestable dans son port de tête, son encolure n'est pas trop courte, plutôt musculeuse.
Son corps est parfaitement proportionné, il s'inscrit presque dans un carré. Le rapport idéal entre la longueur du tronc et la hauteur au garrot est de 12 pour 11. Son poitrail est profond et large, il doit pratiquement descendre à la hauteur du coude. La tête est de la plus grande importance dans le type du mâle et celui de la femelle. La tête est plus large chez le mâle que chez la femelle. La truffe large de couleur brune. Le Weimar fait partie des races dites rectilignes. La ligne du front et les lignes du chanfrein sont pratiquement parallèles. Le chanfrein est droit ou légèrement busqué. Un stop marqué mais sans être trop profond.
L'oreille est une caractéristique de la race, portée haut elle doit être longue sans excès, large et tombante ; lorsqu'elle est tirée vers l'avant, elle doit atteindre la commissure des lèvres.
Génétiquement beige, la couleur du Braque de Weimar doit donner l'impression d'être gris. De gris clair argenté à gris foncé presque bleu, mais toujours dans les tons gris.

Historique du Braque de Weimar

Un braque à robe d'apparence grise mais en réalité génétiquement beige est connu en Saxe-Weimar dès le XVlle siècle. C'est incontestablement le Grand-Duc Karl August qui a été le premier à posséder et à élever ce surprenant chien qui n'était pas encore à l'époque un chien d'arrêt mais un chien courant. Il devint rapidement l'apanage de la noblesse du Grand-Duché de Weimar. Le Braque de Weimar était utilisé pour chasser le loup et le loup-cervier (lynx) encore nombreux à cette époque en Europe, pour forcer et tenir ferme cerfs et sangliers mais aussi, plus surprenant encore, pour la destruction des nuisibles à poils (renards et chats sauvages). C'est seulement beaucoup plus tard avec l'apparition des armes à feu qu'il devint réellement un chien d'arrêt et utilisé comme tel. Malgré son appellation germanique, nombreux sont ceux qui voient en notre actuel Braque un descendant de la meute royale de Louis IX (St Louis). Nous savons aujourd'hui que la robe du Weimar n'est pas «grise», mais génétiquement «beige» et récessive. Cette précision nous oblige à reconnaitre qu'il est fort peu probable que ce type de robe ait pu rester intact dans son apparence du 13e siècle à nos jours. Nous devons admettre qu'il est de création beaucoup plus récente. C'est par de judicieux croisements que fut réalisé le Braque de Weimar que nous connaissons aujourd'hui. Nous avons la preuve de l'utilisation de certaines races pour une retrempe, devenue inévitable, afin d'éviter un excès de consanguinité. A Apolda en 1870, il est signalé dans des portées de St Hubert des sujets porteurs de la robe du Weimaraner.
Encore à Apolda, mais en 1882, les responsables de l'élevage demandent officiellement d'après les documents de l'époque l'arrêt des croisements entre Weimaraner et Kurzhaar (Braque Allemand à poil court). Il aura droit beaucoup plus tard à d'autres apports de sang notamment du Pointer. Aujourd'hui le Braque de Weimar est un chien d'arrêt très apprécié par de nombreux chasseurs, mais grâce à son équilibre et à sa polyvalence, il peut aussi faire le bonheur des amateurs d'Agility, de Canicross. d'Obéissance. de courses de traîneaux et même de cavage (recherche de la truffe). N'oublions pas qu'avant-guerre, même le prince Ratibor, Président du Club Autrichien et grand chasseur organisait aussi des courses de traîneau pour prouver le côté puissant et sportif du Braque de Weimar et ceci en étroite collaboration avec le Club Allemand ! En France, il faudra attendre 1978 pour voir le Cercle des Amateurs du Braque de Weimar prendre la destinée de cette race tout à fait exceptionnelle.

Caractère et Education du Braque de Weimar

Avec son cœur d'or, le Braque de Weimar vous fera passer par où il veut si vous n'avez pas suffisamment de fermeté... c'est un Braque ! Il est cependant facile de le canaliser à condition que vous soyez le chef à la maison (le chef de la meute) Très sociable avec les enfants, vous n'avez aucun souci, i est même très protecteur, mais sans aucune agressivité.
Notre Weimar est un dur au cœur tendre. C'est un véritable chien du 7e groupe, c'est-à-dire fait pour la chasse. Si vous n'êtes pas chasseur, vous pouvez tout vous permettre avec lui tellement il est devenu polyvalent.

Alimentation et Santé du Braque de Weimar

L'alimentation industrielle met à la disposition des possesseurs de chiens des spécialités adaptées au poids, à la taille et à l'âge du chien. Elle propose également des aliments correspondant au niveau d'activité physique de chaque chien et à son état de santé.
Le braque de Weimar est, comme de nombreuses races de sa taille, sujet à la dilatation-torsion d'estomac. Il est donc impératif de lui donner deux repas par jour afin de limiter le risque, et rien entre les repas.
La ration du chien doit être distribuée aux mêmes heures et au même endroit en le faisant manger seul dans un lieu isolé et calme de la maison, après ses maîtres. L'eau est très importante, elle doit toujours être disponible. En cas de consommation excessive il est conseillé de consulter son vétérinaire.

Vivre en ville avec un Braque de Weimar

Chien actif, le Braque de Weimar a besoin d'exercice. Il est possible de l'adapter en ville à condition de lui accorder de longues promenades afin de canaliser son ardeur. Plutôt «pot de colle» il est très proche de ses maîtres et par voie de conséquence, il est difficile de le laisser seul à la maison (encore moins dans un appartement).

Source : société centrale canine scc.asso.fr